Les biocarburants doivent réduire les émissions

Au cours des dix dernières années, l’UE a soutenu la production de carburant à partir de cultures alimentaires afin de réduire les émissions de CO2 dues aux transports. L’année dernière, la Commission européenne a proposé de limiter la quantité de biocarburants d’origine alimentaire, son utilité pour réduire les émissions étant remise en question. L’eurodéputée libérale française Corinne Lepage, qui est en charge du dossier, explique les problèmes de la politique actuelle de l’UE en matière de biocarburants et comment les résoudre.

Biocarburants

« Il est nécessaire de fixer des limites à la première génération de biocarburants, mais pas de la manière indiscriminée proposée par la Commission », a déclaré l’eurodéputé, qui a insisté pour que l’on fasse la distinction entre les meilleures et les moins bonnes performances des biocarburants dérivés des aliments.

Corinne Lepage affirme que la promotion des biocarburants produits à partir de cultures alimentaires, connus sous le nom de biocarburants de première génération, notamment le colza et l’huile de palme, a eu un impact négatif sur les pays en développement. D’une part, elle a fait augmenter les prix des denrées alimentaires. D’autre part, elle a entraîné la conversion de terres à la production de biocarburants, ce qui entraîne la destruction de forêts et de zones humides. En conséquence, les émissions de CO2 ont augmenté au lieu de diminuer.

Le calcul des émissions.

« Je propose d’inclure les émissions liées au changement d’affectation des sols dans le calcul des réductions d’émissions de gaz à effet de serre attribuées aux biocarburants, afin de stimuler la production de biocarburants tels que l’éthanol, qui sont très bénéfiques pour le climat », a déclaré Corinne Lepage. Elle a rappelé que le Parlement, dès 2008, a demandé que le changement d’affectation des sols soit pris en compte.

« Ignorer ces problèmes pourrait nuire à la crédibilité de l’UE dans la lutte contre le changement climatique et à la légitimité du soutien financier à l’industrie », a-t-il ajouté. Ce soutien financier s’élève à environ 10 milliards d’euros par an provenant des budgets des États membres de l’UE.

Mesures de prévention

Selon elle, l’accent mis actuellement sur l’austérité pourrait rendre difficile la justification de subventions élevées jusqu’en 2020. Elle a ajouté que « les investissements existants devraient être protégés et l’industrie devrait disposer de plusieurs années pour continuer à produire des carburants de première génération afin de récupérer les investissements et de préparer le passage aux biocarburants avancés », produits à partir de sources non alimentaires telles que les déchets ou les matières premières de déchets. Le vote au sein de la commission de l’environnement est prévu pour le 11 juillet. Le vote en plénière du Parlement aura lieu le 10 septembre.

Adieu effet de serre si les forêts mangent du CO2